opération Harpie Opération Liban Opération Mali masthead_004
Centre de Doctrine et d'Enseignement du Commandement

Pour une Défense d’avance

CDEC | Précédentes parutions | Brennus 4.0 - Surprise, rupture et innovations opérationnelles

Brennus 4.0 - Surprise, rupture et innovations opérationnelles

Mise à jour : 18/02/2019  - Auteur :  CDEC/PEP  - Direction :  CDEC/DAD/pub-comm

Février 2019. La surprise à la guerre vise à infliger un choc psychologique à l’adversaire, afin de lui ôter l’initiative et de le contraindre à revoir sa manœuvre, voire ses objectifs. Qu’elle soit considérée au niveau politique, stratégique, opératif ou tactique, la surprise est consubstantielle à la prise d’ascendant sur l’adversaire.

Lire le document

La surprise à la guerre vise à infliger un choc psychologique à l’adversaire, afin de lui ôter l’initiative et de le contraindre à revoir sa manoeuvre, voire ses objectifs. Qu’elle soit considérée au niveau politique, stratégique, opératif ou tactique, la surprise est consubstantielle à la prise d’ascendant sur l’adversaire. Cependant, son lien avec la victoire n’est pas systématique. L’effet de sidération induit par la surprise est en effet toujours momentané. Il n’est décisif que s’il est suivi d’une exploitation rapide et adaptée à un rapport de force favorable, temporairement et localement créé. L’adversaire surpris peut en effet, s’il dispose des ressources morales suffisantes, rapidement absorber le choc initial, puis manoeuvrer pour reprendre l’initiative, comme Tsahal sut le faire durant la guerre du Kippour en 1973. Lorsqu’elle est décisive, la surprise n’est donc rarement que le fait du hasard ou des frictions. Elle s’obtient généralement par une prise de risque, souvent fondée sur le stratagème et elle est forcément suivie d’une exploitation planifiée, sans laquelle il ne peut être obtenu de réelle rupture opérationnelle. L’atteinte de cette rupture est le plus souvent liée à la convergence d’innovations techniques, organisationnelles et opérationnelles, surprise décisive est donc à la fois le fruit d’une préparation intellectuelle délibérée de l’un des protagonistes dès le temps de paix, mais aussi celui d’une imagination et d’une capacité d’anticipation défaillantes de celui qui la subit. L’audace, la résilience et l’aptitude à une forme de pensée disruptive sont donc autant de qualités indispensables au chef opérationnel, tant pour se prémunir de la surprise, que pour l’absorber le cas échéant et surtout pour la planifier en utilisant toutes les ressources disponibles.

Sommaire

RÉFLEXION

  • Introduction aux notions de surprise tactique et de sûreté
  • La transparence du champ de bataille à l’aune des nouvelles technologies
  • Étude sur la surprise
  • La notion de leurre : perspective historique
  • L’influence militaire pour créer la surprise dans un champ de bataille transparent ?
  • Utiliser la non-linéarité pour créer la surprise localement
  • La surprise dans la culture de guerre française
  • L’agilité et la performance du commandement, deux facteurs de supériorité au service de la surprise et de la sûreté
  • L’innovation opérationnelle
  • « Innovez, ré-innovez »

VIE DU CDEC

VEILLE PROSPECTIVE NATIONALE

VEILLE PROSPECTIVE INTERNATIONALE

NOTES DE LECTURE

Sources : CDEC/PEP
Droits : CDEC/PEP

Haut
Copyright 2019 | Mentions légales
UA-42564072-1